D’après le prof, le Traitement Automatique des langues (du langage), c’est la mise en oeuvre d’une chaîne de traitement textuel semi-automatique, depuis la récupération des données, jusqu’à leur présentation.

Et après cela d’ajouter, qu’il ne saurait que trop nous conseiller de méditer pieusement sur un texte très instructif de Marcel Cori et Jacqueline Léon, La constitution du TAL, Etude historique des dénominations et des concepts, 2002, TAL, Vol. 43, n° 3, p. 21-55. que vous pouvez lire ici. Vous trouverez bientôt un résumé sur ce blog, il faut d’abord que je finisse de lire les 36 pages en pdf.

Voilà en quelques lignes ce qu’on étudie en Master TAL.

Sam.

Publicités

Notre réflexion

La recherche du sujet est très laborieuse car il est difficile de trouver une question linguistique concernant un verbe qui puisse donner lieu à la recherche d’url en français et dans la langue cible.

D’abord trouver un verbe. Ce n’est pas une mince affaire. Il y a certes une profusion de verbes en français, on a l’embarras du choix.

Deuxième problème, beaucoup de verbes en français sont polysémiques. De plus, plusieurs questions nous viennent. Doit-on tenir en compte toutes les flexions verbales ? Doit-on s’intéresser à un temps, mode, particulier. Doit-on étendre la recherche à toutes les personnes à tous les modes, doit-on tenir en compte toutes les occurrences ? Pire encore doit-on tenir en compte toutes les acceptions ? :S

Le problème principal concerne la langue cible. Le système verbal khmer est complètement différent de celui du français. En khmer il n’y a tout simplement pas de conjugaison !

Sérieux problème. Comment choisir un verbe, l’étudier, en rechercher les traductions en khmer si les modalités verbales en français et en khmer n’ont rien à voir ?

A quel niveau d’analyse se situer ? Morphologique, syntaxique, sémantique ? Doit-on faire une analyse ? J’imagine que oui, puisque si question linguistique il y a, analyse il y a. Non ?

Cela me semble impossible à traiter. J’ai l’impression de foncer tête baissée dans une impasse.  Après avoir retourné mes neurones dans tous les sens, je suis toujours incapable de trouver un axe d’étude qui ne sois pas une aberration.

J’espère qu’au prochain cours on trouvera une solution.

Sam